S.T.A.R.S.

Résolument inscrit dans le champ des études visuelles, le carnet S.T.A.R.S. (Studies in Tamil studio ARchives and Society/1880-1980) s’intéresse à tous les aspects liés à l’apparition, la diffusion et la consommation de la photographie de portrait en Inde du sud. En se concentrant sur l’histoire et la production photographique des studios photos et en déplaçant l’attention vers ce que nous sommes tentés de nommer la photographie subalterne (c’est-à-dire les milliers de photographes anonymes, les portraits d’individus ou de famille), le projet interdisciplinaire documenté par ce carnet de recherche propose de prendre à contre-pied la tendance jusqu’alors majoritaire dans les études photographiques indiennes, qui consiste à étudier les productions photographiques coloniales et aristocratiques. Il s’agit donc d’étudier l’apparition et le développement de la photographie commerciale de studio qui prend son essor en Inde du sud vers 1880 et rend accessible aux classes moyennes émergentes de cette époque (et plus tard à un contingent bien plus large de la population) une prérogative d’une extrême nouveauté et emblématique de la modernité : « se faire tirer le portrait ». Ce type de pratique, au cours du dernier quart du XIXe siècle, inaugure une ère de démocratisation et de vernacularisation de la photographie dans le sous-continent. La photographie commerciale, grâce à l’essor de la profession de photographe de studio de « province », devient un phénomène social de grande ampleur concernant toutes les couches de la population et investissant de nombreux lieux, privés comme publics. A partir des années 1980, la photographie commerciale manuelle subit de plein fouet l’apparition de la photographie en couleur – mécanisée – et un peu plus tard celle de la photographie numérique, au point de voir fermer un nombre important de studios photos dont les archives sont en voie de disparition. Les sources photographiques ayant survécu sont fragiles et posent des problèmes importants de conservation, tout particulièrement dans le climat tropical indien. En vue d’enrayer leur disparition progressive (depuis l’avènement de la photographie couleur et numérique qui a mené de très nombreux studios à la fermeture), nous avons entamé, grâce à un financement de la British Library dans le cadre de son programme Endangered Archives (EAP 737) un programme de sauvetage de ce patrimoine en danger et commencé, la numérisation de collections souvent très endommagées de studios photographiques anciens, mais toujours ouverts. A ce jour, 4.000 portraits (négatifs et tirages) ont pu être numérisés et les fonds d’une cinquantaine de studios repérés. A terme, nous prévoyons de constituer une collection de près de 30.000 clichés. Du point de vue de la recherche, et en interaction constante avec cette archive en création, notre démarche vise à concilier trois dimensions des études portant sur la photographie, très souvent dissociées : la technique, l’esthétique et le contexte. Nous chercherons aussi bien à réfléchir sur ce qui se trouve « dans le cadre » en proposant une analyse systématique des images, de leurs registres, de leurs spécificités, que sur ce qui se trouve « au-delà » du cadre, c’est-à-dire tous les processus sociaux et historiques qui ont permis l’émergence d’une telle pratique.


One thought on “S.T.A.R.S.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *